Victoire de Boisvaillant, jeune épouse d’un notaire du cher au début du 20ème siècle, au destin si tracé, se découvre, s’apprivoise et apprend à s’aimer comme à aimer petit à petit dans le silence de cette grande maison bourgeoise à l’ordre si établi.
Léonor de Recondo nous offre dans son dernier roman un portrait de femmes juste, intime et splendide. Inspirée des romans de Flaubert comme de ceux de Balzac ou de Proust, elle nous guide dans ce siècle qui s’eveille, qui se modernise petit à petit. Dans ce village du cher où semblent vouloir se perpétuer les erreurs et silences familiaux, l’auteure perce et dévoile les personnages au gré du Clair de Lune de Beethoven.
Céleste, la bonne, à la grandeur d’âme inégalée au silence si respectueux ou tant guidée par sa condition, tout comme Pierre et Huguette gardiens des secrets de cette famille qu’ils servent sans faille, sans oublier Anselme le mari à la sexualité tourmentée et violente , héritier malheureux d’un passé trop lourd.
Un roman à l’écriture d’un autre siècle sous le regard du nôtre nous ouvrant les portes intimes du désir.