“Depuis quatre ans qu’on se connait, forcément, je considère mon conseiller du Pôle emploi comme l’un de mes proches. Il m’a dit récemment, avec une sorte d’admiration dans la voix, que j’étais un exemple. Ce qu’il veut dire, c’est que j’ai renoncé à l’idée de trouver du travail, mais que je n’ai pas renoncé à en chercher. Il croit voir là le signe d’un fort caractère. Je ne veux pas le démentir, il a trente-sept ans et il faut qu’il conserve ses illusions le plus longtemps possible. Mais en fait, je suis plutôt soumis à une sorte de réflexe d’espèce. Chercher du travail, c’est comme travailler, comme je n’ai fait que ça toute ma vie, ça s’est incrusté dans mon système neurovégétatif, quelque chose m’y pousse par nécessité, mais sans projet. Je cherche du travail comme les chiens reniflent les réverbères. Sans illusion, mais c’est plus fort que moi.”
“Cadres noirs” ou la quête désespérée d’un cadre au chômage pour retrouver un emploi que Corinne C a beaucoup apprécié. L’intrigue l’a “prise aux tripes et ce, dès les premières lignes aussi n’a-t-elle pu le lâcher qu’à la dernière phrase.
Cet avis est partagé par Anne T. et Florence T.