“Une île, ça avait quelque chose de magique ; le mot seul frappait l’imagination. On perdait contact avec son univers quotidien – une île, c’était un monde en soi. Un monde dont on risquait parfois – qui sait ? – de ne jamais revenir.”
Frédérique N. nous présente ce grand classique du policier britannique. Rappelez-vous, dix personnes sont réunies sur l’île du Nègre, chacune a un passé chargé sans que la justice n’ait jamais réussi à prouver quoi que ce soit. Puis, n’en reste plus que neuf… puis huit…
Qui est donc cette main qui s’abat?
Nombreuses sont celles qui l’ont lu à l’adolescence et pour autant, nulle ne se souvient du nom de l’assassin, aussi le suspens reste-t-il intact.
Il s’agit, ajoute Frédérique, du roman le plus lu au monde.