« La mort prématurée de Paula en 1907, l’exempte des massacres à venir. Gauguin, Cézanne, le douanier Rousseau, meurent en 1903, 1906, 1910. Mais eux avaient vécu, eux avaient mené loin leur oeuvre.
Paula est une bulle entre les deux siècles. Elle peint, vite, comme un éclat. »

D’avril à août 2016, le musée d’Art moderne de la ville de Paris a programmé une exposition consacrée aux oeuvres de Paula Modersohn-Becker. Quelle belle opportunité pour Marie Darrieussecq qui peut ainsi mettre tout sa talent d’écrivain au service de cette femme peintre géniale et méconnue en France. Elle, qui au siècle dernier vint étudier à Paris auprès de contemporains prestigieux tels que Rodin ou Picasso.
Elle fut la première à peindre la femme enceinte, la femme sans fard, à peindre la femme! Artiste allemande majeure dont l’exposition fut dégénérée par les nazis en 1937.
Marie Darrieussecq nous offre une biographie engagée, empathique de Paula Becker, de l’artiste et saura attiser notre curiosité à découvrir ses oeuvres.
« Schade » dommage en allemand fut son dernier mot… cela peut aussi être le nôtre pour cette artiste morte trop tôt.