« J’appris alors que ce n’était pas seulement le deuxième fois que Mini et le kabuliwallah se rencontraient. Le colporteur était passé chaque jour et avait fini par apprivoiser l’enfant en corrompant son petit coeur avide avec des friandises. Je découvris qu’ils avaient tous deux instauré un certain nombre de menus rituels, notamment un échange presque codifié de plaisanteries. »
Recueil de vingt-deux nouvelles qui nous fait voyager au gré du Gange dans cette Inde chattoyante du début du XXème siècle, des instants de vie qui en disent long sur les conditions sociales, sur l’enfance, la femme, les mariages et les castes mais aussi sur l’amour, les brahmanes et le poids des traditions.
Une écriture sublime que j’avais déjà eu le bonheur de découvrir avec Kumudini ( prix nobel de littérature en 1913 ) http://lmlire.fr/kumudini-rabindranath-tagore/.
Je ne peux que vous inviter à plonger avec délice dans ces récits et lire au delà des mots ce que Tagore nous offre.
Magnifique et lumineux!