« Un jour mes parents ont eu l’idée de faire un enfant, moi.(…) D’emblée, notre histoire a mal commencé, ils ont décidé de m’appeler Bernard. (…) Avec un Bernard, on peut passer une bonne soirée. Le Bernard impose une sorte de familiarité tacite (…). Avec le temps, j’ai saisi la dimension sournoise de mon prénom, il contient la dimension du précipice. »
Bernard, 50 ans, employé de banque ordinaire, marié une fille et enfant unique de parents ordinaires; tout pourrait paraître ordinaire dans la vie de cet homme lorsque celle-ci bascule et son ordinaire d’avant devient son rêve d’antan.
Par ce roman léger, parfait pour des vacances ou un week-end pluvieux, l’on retrouve la plume attachante et les thèmes qui ont fait le succès de David Foenkinos, qui avec humour, nous décrit les quotidiens de ces personnages bas en couleur dans lesquels chacun peut se reconnaître.
Drôle, émouvant, ce roman sait aussi être acide sur notre société, la souffrance au travail, la précarité de l’emploi et la solitude dans le couple
Cyniquement tendre