Bernie Günther, enquêteur trouble, ami, ennemi de personnages historiques tristement célèbres, parfois mutin tel un certain bono reporter, nous invite à traverser 15 années d’un Berlin sombre, déchiré puis déchiqueté entre 1930 et 1947.
Roman glacial, cynique, abrupt qui pourrait être porté à l’écran par un Tarantino. Ce polar témoigne également d’une époque où les frontières entre le bien et le mal, les bons et les méchants ne pouvaient être tracées nettement.
Commencé à Quiberon et terminé à Biarritz, il accompagna mes vacances et sans aucune hésitation, je vous le recommande pour vos prochaines vacances.