Isaac Rosa

« Laëtitia Perrais a été enlevée dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011. C’était une serveuse de dix-huit ans domiciliée à Pornic, en Loire-Atlantique. Elle menait une vie sans histoires dans la famille d’accueil où elle avait été placée avec sa soeur jumelle. Le meurtrier a été arrêté au bout de deux jours, mais il fallu plusieurs semaines pour retrouver le corps de Laëtitia. »

Ivan Jablonka avec beaucoup de pudeur et de respect nous offre à lire la vie de Laëtitia bien plus que le crime odieux dont elle a été victime. Il rend hommage également à ces hommes et ces femmes policiers, magistrats qui, bien qu’attaqués avec violence par Nicolas Sarkozy, rappelez-vous, sont restés mobilisés pour que toute la lumière soit faite sur cette terrible affaire.

Mais au delà, il plonge au coeur de notre société avec les inégalités qu’elle créée et avec tout le déterminisme social que l’on semble impuissant à réduire. La plume d’Ivan jablonka est proche de celle de Zola, réaliste, sans fard; il s’intéresse à ceux que nous ne voyons plus, il donne une voix à ceux que nous n’entendons plus, nous ne pourrons plus dire que nous ne savions pas.

En ces périodes électorales où la justice continue à être tant mise à mal, Laëtitia nous rappelle son rôle essentiel pour une société plus juste.