Il fallait oser rassembler dans un même ouvrage la Shoah, le terrorisme des années 90 en Algérie et l’islamisation galopantes des banlieues françaises. Véritable témoignage, ce roman écrit sous la forme d’un journal intime, inspiré de faits réels, s’inscrit dans la lignée des ” livres à lire pour comprendre, apprendre et lutter”. Cet auteur algérien engagé ose des parallèles entre les camps de concentration et certaines banlieues devenues des no man’s land dans lesquelles certains imams feraient régner la terreur et contrôleraient tous les faits et gestes des habitants. Oser également la difficile question du pardon pour ces fils découvrant le passé nazi de leur père. Ce roman informé, questionne, peut choquer. Certains y décèleront une diabolisation de nos banlieues, d’autres un essai sur les leçons de l’histoire, mais assurément le village de l’allemand ne vous laissera pas indifférent. À lire absolument.