Après avoir lu « dans la ville d’or et d’argent », j’avais envie de découvrir un peu plus l’histoire de cette Inde si fascinante et je ne fus pas déçue par ce roman conseillé par ma librairie nantaise préférée Coiffard. Ma libraire m’avait dit, vous verrez c’est un roman à la Dickens ou plus proche de nous à la Zola. À travers Dina Dalal, jeune veuve qui ne veut pas se soumettre à la loi familiale et décide envers et contre tous de rester seule dans son appartement loué à un propriétaire mafieux, nous rencontrons Maneck jeune étudiant au destin fragile et ces deux tailleurs incroyables Ishvar et Omprakash de la caste des intouchables. C’est toute l’Inde des années 70 que nous traversons avec toutes ses injustices, ses hommes politiques corrompus, son développement économique et ses campagnes dévastées. J’avais lu d’une traite « La cité de la joie », « Slumdog millionnaire »mais ce roman présente à mon sens un intérêt littéraire bien plus important. À découvrir, vous ne serez pas déçus.