mal-de-pierres« Ils étaient assis sur un banc et grand-mère prit la tête du Rescapé entre ses mains, l’attira sur son coeur qui battait la chamade et défit les premiers boutons de son chemisier. Il caressa ses seins de ses lèvres qui souriaient. »Et si nous embrassions nos sourires? » proposa grand-mère, alors ils échangèrent un baiser liquide, interminable, et le Rescapé lui dit ensuite que cette même idée, des sourires qui s’embrassent, était venue à Dante au chant cinq de l’enfer pour Paolo et Francesca, qui s’aimaient et n’auraient pas dû. »
Sa grand-mère sarde est un mystère pour chacun, une femme fantasque, une femme fragile, une femme malade, une femme née trop tôt dans cette Sardaigne encore fortement marquée par la seconde guerre mondiale?

Ce roman écrit tout en pudeur et retenue vous touchera par ses personnages, certes la grand-mère de la narratrice mais également le grand-père silencieux et si amoureux, le fils pianiste prodige et le Rescapé, héros malgré lui.
Un roman sur la recherche de l’amour absolu.
Adapté à l’écran par Nicole Garcia, offre une autre lecture et son sens du détail rend les silences sublimes portés par une Marion Cotillard magnifique et juste dans le rôle de la grand-mère comme un Louis Garrel/Rescapé en éternel romantique sans oublier Alex Brendemülh qui dans le rôle du grand père incarne avec une pudeur incroyable l’Homme Amoureux.
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19564774&cfilm=221615.html

Bref, vous l’aurez compris coup de coeur littéraire comme cinématographique.