« Il ne s’agissait pas d’abonder le réel de façon convaincante mais de créer une fiction crédible »
Phrase essentielle de ce roman politique ou devrais je dire sur les coulisses d’une campagne présidentielle sur fonds de scandale financier. Philippe Launay, favori des sondages, doit négocier dans son propre camps, toutes les manœuvres, tous les coups bas sont permis. Vie privée, vie publique, financement de campagne, négociations, lobby et services secrets se mêlent, s’entremêlent et nous tiennent en haleine de la première à la dernière ligne.
L’on s’attache à Lorraine, agent des services secrets aux ordres de Ange Corti, à la seule solde de son île de beauté, sommes émus par Lars Sternfall, syndicaliste d’une grande société au cœur d’un scandale financier, sommes affligés par les coups bas entre Lubiak et Launay, sans oublier les femmes qu’elles soient légitimes ou amantes sans être aimantes et leurs enfants sacrifiés.
Toute ressemblance ne serait elle que fortuite? En terminant ce roman, une seule envie, se jeter sur « quinquennat » deuxième volet de la trilogie ( le dernier tome devrait sortir prochainement)