Comme beaucoup j’ai découvert le polar scandinave avec la trilogie Millénium, d’où mon envie de découvrir de nouveaux auteurs. J’ai ainsi lu Henning Mankel « le Chinois », Camilla Läckberg « La Princesse des Glaces »et je les ai trouvé tout aussi intéressants, et tout aussi esthétiques. Par contre, « Morte la bête » est lourd, ennuyeux comme un plat de pommes de terre farineuses. Il semblerait que ces deux auteurs, frère et sœur, aient remporté avec ce premier roman un grand succès en levant le voile sur un sujet encore tabou au Danemark : la pédophilie. Je ne partage toutefois en aucun cas cet engouement. J’ai trouvé ce polar trop moralisateur et cela me paraît antinomique avec le sujet traité. Si je l’ai terminé, c’est seulement pour être certaine de ne pas l’avoir aimé. Tant pis!