« C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles. »
Laure O. et Anne L. nous ont présenté le plus célèbre roman de Jane Austen, tout en pudeur et retenue. Elisabeth, une des cinq filles de la famille Bennet, orpheline de père, observe avec amusement ce petit monde de l’époque Victorienne, où les femmes ne peuvent exister que mariées et les hommes qu’en s’offrant grâce à leur mariage de belles terres. Lorsque le fier Mister Darcy arrive au côté du si charmant Mr Bingley, Elisabeth se trouble bien plus qu’elle ne voudrait se l’avouer.
Laure O. comme Anne L ont beaucoup aimé ce « roman d’amour nullement cucul la praline » car emprunt d’une mordante ironie de cette Angleterre Victorienne.