Chère Amelie, il fallait oser écrire un roman sur l’ébriété et vous l’avez fait, comment en douter d’ailleurs…Femme brillante, lettrée, auteure à succès et généreuse au point de nous faire partager vos plus belles ivresses de Londres au sommet des Alpes en passant par Paris. Vous vous amusez, vous vous ennuyez, vous doutez et vous nous rencontrez nous lecteurs et elle, cette autre femme écrivaine, votre double… Maléfique?
Petronille, tel une coupe de champagne, se déguste, chatouille avec ses bulles pétillantes nos pensées endormies et peu à peu nous enveloppe et saura nous surprendre…
Merci Amélie pour ce moment.