“Sans doute dut-il croire que l’écho de la mer à l’étroit dans la danse brouillait son écoute, sans doute dut-il confondre la friture sur les ondes, et la bave, la morve, les larmes tandis qu’elle se mordait le dos de la main, tétanisée par l’horreur que lui inspirait brusquement cette voix tant aimée, familière comme seule une voix sait l’être mais devenue soudain étrangère, abominablement étrangère, puisque surgie d’un espace-temps où l’accident de Simon n’avait jamais eu lieu, un monde intact situé à des années-lumière de ce café vide ; et elle dissonait maintenant, cette voix, elle désorchestrait le monde, elle lui déchirait le cerveau : c’était la voix de la vie d’avant.”
Comment ne pas être, comme Corinne C., touchée, bouleversée par ce magnifique roman aux multiples prix littéraires. Simon, fils aimé, meurt et son coeur, quant à lui reste vivant et peut être transplanté.
Difficile d’écrire sur ce livre, le lire et le relire reste certainement ce nous pouvons faire de mieux.
Sorti le 2 novembre 216, le roman a été adapté au cinéma par Katell Quillévéré avec dans les rôles principaux Tahar Rahim, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval, et Bouli Lanners.
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19564553&cfilm=238997.html