Un cirque passe présenté par Irène K. est un roman typique de Modiano où l’on retrouve tous les ingrédients ( surtout autobiographiques) de ses romans: un univers fortement marqué par la guerre et les années 40, un monde interlope et où on devine bien des combines plus ou moins louches, des parents désinvoltes qui ne se préoccupent qu’accessoirement du narrateur mineur, Paris la mégalopole qui se prête à cette vie de bohème et qui, par sa permanence, redonne au personnage principal une partie de ses repères et de sa stabilité affective. Le décor étant , l’histoire de ce roman consiste dans la rencontre entre Gisèle et Jean qui ont tous les deux des choses à se cacher mais qui font ( peut-être ) les mêmes rêves.
Cette histoire se déroule simplement sous la plume de Modiano mais avec des nuances et des non-dits toujours suggérés mais jamais assénés qui font la richesse de ce livre en particulier et de l’œuvre de Modiano en général, auteur dont on a pourtant l’impression qu’il creuse toujours le même sillon pour écrire différemment le même livre.
A noter qu’il a obtenu le prix nobel de littérature en 1978.